AmaniFestival

Playing for change, singing for peace

Illustration

Des artistes locaux veulent avoir un nom au festival Amani !Publié le 7 décembre 2018

Ce Samedi 01 décembre, le public s’avance doucement vers le podium du Sanaa weekend, ce spectacle musical hebdomadaire qui offre un espace de promotion pour les jeunes artistes de Goma. C’est la dernière journée des éliminatoires pour les groupes d’artistes musiciens de Goma. 6 d’entre eux ont réussi à arriver à la finale, mais 3 seulement seront sélectionnés pour prester à la 6e édition du festival Amani en février 2019. On sent de l’impatience, et une certaine détermination dans les regards des jeunes artistes. Dans le hall où ils sont rassemblés, chacun d’un est conscient que c’est maintenant qu’il doit convaincre.

On attend au loin, l’annonce de l’animateur qui lance le tirage au sort qui doit déterminer la succession des différentes prestations sur la scène.  C’est un moment de suspens. Éric, 18 ans  est venu soutenir un des 6 groupes d’artistes. Il espère que son groupe préféré prestera un peu plus tard. « Ceux qui vont ouvrir le spectacle risquent d’être défavorisé parce que le son n’est pas toujours au top au début » craint Eric. Mais ceci n’est qu’un prétexte. Ce samedi, le son est impeccable. En réalité, Eric veut être sûr que son groupe va prester devant un plus grand public qui continue d’arriver cet après-midi. Depuis le début de cette compétition en septembre dernier, plus de 3 500 personnes participent chaque samedi au Sanaa Weekend. Chaque voix du public compte pour permettre aux artistes dans la compétition de passer à l’étape suivante.

Le premier groupe vient d’être appelé sur scène. Le spectacle a commencé. Deux jeunes tentent de séduire le public. Rizo T et JC Star ont une histoire commune et impressionnante. Tous deux vivent avec un handicap. En 2002, quand ils se rencontrent dans un centre des soins pour personnes handicapés, ils sont tous petits mais se découvrent un talent en musique.  Ils décident alors de chanter ensemble pour amuser d’autres enfants handicapés. Depuis lors, ils ont créé leur groupe de musique, et veulent porter la cause des personnes handicapés sur le podium du festival Amani. «  Notre musique veut interpeller la population sur le respect et la considération de la personne en situation d’handicap », explique Rizo T, « A Goma, quand une personne handicapé entre dans une boutique, on pense qu’elle vient quémander », s’inquiète JC Star, «  Si nous réussissons un jour grâce à la musique, nous allons changer cette image » expliquent ces jeunes qui se sont désormais  surnommés les « power boys ».

Comme eux, Shine Keys pense aussi que le Festival Amani est  « un espace de reconnaissance des potentialités des jeunes de Goma, notamment des jeunes filles ». A 17 ans, Shine Keys est la seule fille qui est arrivé à cette étape. Son style inspiré de l’artiste nigerianne Yemi Alade a ému le public du Sanaa weekend dès le début. «  Je veux participer au festival Amani pour acheter un nom » assure la jeune artiste, qui regrette que plusieurs parents ne permettent pas encore à leurs enfants de développer leurs talents artistiques. «  Au début, mes parents ne comprenaient pas ma passion pour la musique, mais quand j’ai fait ma première prestation au Sanaa weekend, je ne les ai invité, ils étaient ému. Je les aime beaucoup parce qu’ils me soutiennent désormais » explique Shine qui rêve déjà d’être une grande star «  mon talent va bénéficier au plus grand nombre un jour, si je gagne de l’argent grâce à la musique, je soutiendrais aussi les personnes vulnérables. »

Un nouveau groupe d’artiste vient de monter sur la scène. Les prestations du « Life Song » sont  diversifiées, et varient entre : Interprétations, compositions personnelles.  Ce groupe a été créé en 2012 par deux jeunes de Goma. Lamech Mwalimu et Last Born Muganga ont une passion incroyable pour la musique hip hop. Ils rêvent de créer à Goma une industrie créative où les jeunes peuvent apprendre de la musique, et la mode. Leur musique est inspirée de la vie quotidienne de Goma.  Ils rêvent de prester à la 6e édition du festival Amani. «  C’est un grand évènement qui donne une grande visibilité aux artistes locaux, beaucoup d’artistes de Goma sont reconnus au monde aujourd’hui grâce à ce festival » annonce Lameck juste après sa prestation.